Home / Les dernières actualités / Développer sa masse musculaire réduit les problèmes cardio-vasculaires chez 81% des hommes

Développer sa masse musculaire réduit les problèmes cardio-vasculaires chez 81% des hommes

Sigmar Polaris
Démocratie Participative
03 février 2020

Soulève du poids !

Si vous avez moins de 40 ans, c’est le moment de lever de la fonte.

The New York Times :

La quantité de muscles dont vous disposez actuellement pourrait indiquer dans quelle mesure votre cœur sera en bonne santé plus tard, selon une nouvelle étude intéressante sur la masse musculaire et les maladies cardiovasculaires. L’étude révèle que, pour les hommes au moins, le fait d’entrer dans la cinquantaine avec beaucoup de muscles réduit le risque ultérieur de développer une maladie cardiaque jusqu’à 81 %, par rapport aux risques pour les autres hommes.

Ces résultats s’ajoutent aux preuves de plus en plus nombreuses que la construction et le maintien de la masse musculaire sont essentiels pour vieillir en bonne santé, tout en soulignant également que les impacts peuvent être différents pour les femmes et les hommes.

Le muscle squelettique est, bien sûr, l’un des tissus les plus polyvalents et les plus actifs du corps, fournissant la force et la puissance dont nous avons besoin pour saisir, atteindre, soulever et fouler. Le muscle est également essentiel à notre santé métabolique, car il aspire et stocke le sucre dans le sang et produit des hormones spécialisées qui se déplacent vers d’autres tissus, comme le cerveau et les cellules adipeuses, où elles déclenchent divers processus biochimiques.

Mais notre masse musculaire diminue presque invariablement avec l’âge, cette perte commençant souvent à la trentaine ou au début de la quarantaine et s’accélérant à mesure que nous passons par la quarantaine. La perte musculaire sévère, connue sous le nom de sarcopénie, est associée à la fragilité et à d’autres problèmes médicaux chez les personnes âgées, ainsi qu’à la perte d’indépendance et à la mort prématurée.

Mais même une diminution relativement modérée de la masse musculaire est liée à des résultats plus graves chez les personnes âgées. Certaines études antérieures ont montré que, en particulier chez les hommes âgés, une faible masse musculaire tend souvent à être associée à des maladies cardiovasculaires concomitantes.

Tant que vous êtes jeunes et en bonne santé, vous aurez tendance à vous laisser aller parce que votre génétique est encore capable de se régénérer sans efforts de votre part. Mais ce n’est que temporaire, votre corps vieillit plus vite que votre esprit ne le comprend.

Aller en salle ou vous acheter un banc de musculation et des poids vous permet de bien vieillir si vous êtes décidés à maintenir votre en corps à un niveau musculaire acceptable ou plus encore.

C’est dans votre tête.

Cependant, ces études n’ont pas examiné quelle affection pouvait être la première, et ne peuvent donc pas indiquer s’il existe des liens entre une diminution de la masse musculaire à un âge donné et une maladie cardiaque plus tard – ou vice versa.

Ainsi, pour cette nouvelle étude, publiée dans le numéro de janvier du Journal of Epidemiology and Community Health, un groupe international de scientifiques s’intéressant à la santé musculaire et à la sarcopénie a décidé de suivre les muscles et la santé cardiaque des personnes à mesure qu’elles avancent en âge.

Ils ont commencé par se tourner vers les données de l’étude ATTICA en cours en Grèce, une étude à grande échelle sur les fondements des maladies cardiovasculaires dans un groupe d’hommes et de femmes méditerranéens. L’étude, à ce stade, avait recruté plusieurs milliers d’adultes à Athènes et dans les environs et les avait amenés dans une clinique pour des examens médicaux approfondis et pour remplir des questionnaires sur leur mode de vie. Aucun des participants, dont l’âge variait du début de l’âge adulte à l’âge de la retraite, ne souffrait de maladie cardiovasculaire au moment de leur inscription à l’étude.

Environ dix ans après avoir participé à l’étude, chaque homme et chaque femme est retourné au laboratoire pour une nouvelle série de tests, axés sur leur santé cardiovasculaire.

Les auteurs de la nouvelle étude se sont concentrés sur les hommes et les femmes qui avaient au moins 45 ans lors de ce deuxième enregistrement. Ils ont obtenu les dossiers de 1 019 personnes, dont la plupart avaient plus de 55 ans, ce qui signifie qu’ils avaient la quarantaine lorsqu’ils ont participé à l’étude.

En utilisant les informations provenant des tests médicaux originaux de ces participants, les scientifiques ont calculé la masse musculaire globale de chaque personne et ont ensuite examiné si elle avait développé une maladie cardiaque au moment de la deuxième visite à la clinique, environ 10 ans plus tard.

Il s’est avéré que plus d’un quart d’entre eux l’avaient fait. En fait, près de 27 % des participants souffraient désormais de maladies cardiaques, l’incidence étant environ six fois plus élevée chez les hommes que chez les femmes.

Et la masse musculaire des personnes au début de l’étude était liée à leurs chances d’avoir des maladies cardiaques maintenant. Les personnes les plus musclées à l’époque étaient les moins susceptibles d’avoir des maladies cardiaques aujourd’hui.

Cette association est restée significative lorsque les scientifiques ont contrôlé l’alimentation, l’éducation et l’activité physique des personnes, mais pas lorsqu’ils ont examiné le sexe. La masse musculaire des femmes n’était pas associée à des risques ultérieurs de maladies cardiaques, en grande partie parce que très peu de femmes avaient développé des maladies cardiaques. En général, les femmes ont tendance à avoir des maladies cardiaques environ 10 ans plus tard que les hommes.

Mais pour les hommes, le fait d’avoir une masse musculaire relativement importante au début de l’âge moyen a réduit le risque de maladie cardiaque plus tard de 81 %, ont déterminé les chercheurs.

« L’association était aussi forte que cela », déclare Stefanos Tyrovolas, auteur principal de l’étude, membre du CIBERSAM et chercheur principal à l’Institut de recherche Sant Joan de Déu.

Cette étude ne montre pas, cependant, que le fait d’avoir beaucoup de muscles permet d’éviter directement les maladies cardiaques, mais seulement que les deux sont liés. Elle ne peut pas non plus nous dire exactement comment le muscle contribue à protéger le cœur, mais le Dr Tyrovolas soupçonne que les effets métaboliques du tissu, qui comprennent un meilleur contrôle de la glycémie et moins d’inflammation corporelle, y contribuent probablement.

Les personnes bien musclées ont également tendance à être plus actives que les autres, dit-il, ce qui contribue à protéger le cœur.

Mais le message général des résultats, dit-il, est que « la préservation de la masse musculaire, par l’exercice physique et un mode de vie actif », est probablement la clé de la protection des cœurs d’âge moyen, en particulier pour les hommes, et fournit une autre raison impérieuse de se rendre à la salle de sport ou de faire un push-up ou 10 aujourd’hui.

En plus d’un système cardio-vasculaire en meilleure santé, lever de la fonte vous offrira un autre avantage : le regard des femmes.

Le damier agit comme un aimant sur la gente féminine.

Il n’y a que des avantages à ne pas être un fainéant décharné et gras.