Home / Décryptage / Féroce offensive du gouvernement juif contre Mélenchon après le refus de ce dernier de se soumettre à la République juive de droit divin

Féroce offensive du gouvernement juif contre Mélenchon après le refus de ce dernier de se soumettre à la République juive de droit divin

Captain Harlock
Démocratie Participative
16 décembre 2019

 

L’escalade n’a pas tardé.

Après l’analyse critique de Mélenchon sur la défaite de Corbyn au Royaume-Uni et la misérable posture du leader de la gauche britannique face aux imprécations de la juiverie dans ce pays, la branche terroriste française du Kahal a riposté.

On ne peut pas dire que ces juifs soient très imaginatifs.

Ils accusent Mélenchon de pétainisme.

Pas très convainquant.

Les fonctionnaires du consistoire avaient préparé le terrain.

« Haine », « préjugés », « complotisme », « nauséabonds ». Une nouvelle fois, ce disque archi rayé est sorti du tiroir.

Rien de surprenant ceci dit. En 2019, toute critique, même légère, du peuple élu et de sa colonie militaire de Palestine est illégale en France.

C’est ce que l’on appelle la loi républicaine et c’est ce dont parle le très erratique Castaner : le privilège de droit divin dont disposent les juifs de ne pas être critiqués.

Jamais.

Surtout lorsqu’ils sont coupables des plus terribles crimes et Dieu sait que ces gens ont des crimes sur la conscience.

Le fait nouveau, c’est que la France Insoumise, innervée d’un sang neuf venu d’Afrique du Nord, refuse de baisser les yeux devant la synagogue écumante.

Des députés européens FI réagissent et s’en prennent avec virulence au CRIF, expliquant qu’il n’appartient pas aux juifs de décider qui est juif.

C’est un concept dans lequel je me retrouve.

Après tout, Goering disait, « c’est moi qui décide qui est juif ».

L’environnement a également changé et les hurlements des yids ne peuvent rien y changer. Mélenchon sait à quel point les attaques contre le Likoud sont populaires auprès de sa base et si ce n’était sa formation trotskiste et maçonnique, il y a longtemps qu’il aurait franchement jeté le gant.

J’en profite d’ailleurs pour inviter respectueusement Jean-Luc Mélenchon à considérer une nouvelle fois l’expulsion complète des juifs de France et à l’intégrer dans son programme social.

Aucun programme ne peut être réellement social sans intégrer les mesures les plus sévères contre ces escrocs internationaux.

Plus généralement, l’humanité ne peut progresser sans une politique drastiquement antisémite. L’histoire l’a amplement démontré.

Les juifs ont une mémoire sélective

Pour en venir au fond, tous ces hébreux insolents font mine de ne rien connaître du fond du dossier dont parle Mélenchon, à savoir la campagne fanatique menée par Netanyahou lui-même contre Corbyn et le Parti Travailliste.

Des mois et des mois de crise d’épilepsie juive sur le thème de « l’antisémitisme ».

En réalité, Corbyn, un soutien de la cause palestinienne, était considéré comme une menace stratégique par le terrorisme juif international, notamment sur la question du boycott du Daech juif de Palestine.

Il n’y a pas jusqu’aux rabbins du Royaume-Uni qui n’ont appelé à voter contre lui.

Curieusement, personne n’évoque le fait que Boris Johnson, lui-même d’origine juive, ait vécu dans un kibboutz.

Tout ça n’existe pas.

Les juifs n’en ont aucun souvenir.

Ils ne savent vraiment pas à quoi Mélenchon fait allusion. Ils se contentent, comme au Royaume-Uni, de hurler à « l’antisémitisme » sans donner plus d’explications.

La véritable définition de l’antisémitisme tel que définie par les (((démocraties))) est simple à comprendre : est antisémite toute personne qui refuse de plier sous la dictature juive.

Je suis au regret d’annoncer à ces juifs qu’ils ont eu les yeux plus gros que le ventre. Ils ne peuvent pas gagner une guerre sur trois fronts : musulmans, gauche pro-arabe et droite blanche.

La dynamique est résolument de notre côté – du côté de la résistance à l’occupation sémitique j’entends – et plus la juiverie dicte sa conduite à l’État, plus la contestation de la clique gouvernementale se convertit de facto en hostilité à l’égard de la juiverie.

Mais que voulez-vous, ces juifs ne peuvent pas s’empêcher de s’exhiber glorieusement une fois qu’ils contrôlent tous les leviers politiques d’un pays. La sagesse commandait de se faire discret mais le juif y voit une insupportable renonciation au trophée tant convoité : sa déification par les masses de goyim enfin réduits en esclavage.

Les shabbat goyim sont de sortie

C’était évidemment trop pour les suceurs de doigts de pied de rabbins de la droite « chrétienne ».

Les inévitables traînées catholiques addictes à la bite ashkénaze sont sorties de leurs études bibliques, dans un état second, se croyant enfin du bon côté du manche.

Je ne résiste pas à l’envie de citer Neuneu.

Cette droite de curés troglodytes enfouraillée par le yid me donne la nausée.

Ces prostituées auraient elles-mêmes vendu les clous aux Pharisiens pour faire crucifier le Christ.

Rien de surprenant toutefois, tant ces gens ont la soumission injectée dans le cul dès la naissance.

« Petit Papa Schlomo, quand tu descendras du Ciel, n’oublie pas de m’enculer ».

Mélenchon, tout de connivence qu’il soit avec les mahométans, me paraît plus respectable en comparaison parce que sa posture est encore une posture de rébellion face à l’ordre établi et sa machine de guerre médiatique tandis que les pompes à foutre séfarade de sacristie comme la morveuse Bastié jouent les cafteuses narquoises sous l’oeil amusé de Blumenfeld & Co, trop faibles pour tenir sur leurs jambes par elles-mêmes.

Je déteste ces sales filles de bourges de plateaux télé avec leur hérésie de Jésus à pyjama rayé.

Au surplus, les juifs n’en perdent pas un gramme, sachant parfaitement que c’est par faiblesse et non par amour que tous ces bourgeois catholiques foutus matés affichent leur philosémitisme débectant.

En tout cas, tout cela fait nos affaires. Tout ce qui place le quartier général juif qu’on appelle l’État Français en état de siège est à prendre tactiquement, peu importe d’où cela provient.

Plus la juiverie doit sortir les griffes contre un nombre croissant de personnes, plus elle s’isole.

Tôt ou tard, elle succombera par l’extension toujours croissante de son front.

Je prophétise ici une montée fulgurante de la haine du juif dans la décennie à venir. A tel point qu’il deviendra honteux d’oser dire du bien de cette race de trafiquants d’esclaves en public.

Ici, à Démocratie Participative, nous risquons de devenir les plus philosémites du lot par comparaison.