Home / Décryptage / « La France est-elle raciste ? » : sur TPMP, les bougnoules du RN répondent aux macaques patriotes « fiers d’être français »

« La France est-elle raciste ? » : sur TPMP, les bougnoules du RN répondent aux macaques patriotes « fiers d’être français »

Captain Harlock
Démocratie Participative
07 février 2020

Débat français, 2020 : le terroir délibère

L’auberge espagnole qu’est cette France d’après la France tient toutes ses promesses. C’est une source inépuisable de mèmes et de farces. J’en ai assez dans ma besace pour 200 ou 300 ans.

J’archive.

Hier soir, chez le juif Hanouna, la seule et unique question, la plus importante, celle qui nous occupera durant tout ce siècle et tant qu’il restera des Blancs dans ce pays, était enfin posée :

« la France est-elle raciste ? »

[Traduction : « Est-ce que ces sales Blancs l’ouvrent encore ? »]

Est-ce que, après 50 ans d’une invasion inédite dans l’histoire, après 50 ans de viols, de meurtres, d’émeutes, de pillages, de désarticulation culturelle et encore de mosquées et d’attentats mahométans, est-ce que la France est raciste vis-à-vis de ces quelques 15 millions de sujets colorés qui se sont rués – et dont les congénères continuer de se ruer – « jusque dans nos bras » ?

N’est-elle pas plutôt, cette vieille putain, une salope vicelarde qui torture les Africains à coups d’allocations, de rénovation urbaine, de bienveillance judiciaire ? La question était posée, chez le juif Hanouna, devant les yeux de la plèbe gauloise sidérée que le juif veut affranchir au sujet du programme d’épuration ethnique en gestation.

Quel festival.

Demander à des nègres luisant de graisse, gros et pleins n’ayant eu qu’à poser les pieds sous la table, s’ils sont satisfaits du menu, si ces sales Blancs n’ont pas de changements à faire pour satisfaire plus complètement leurs hôtes. Par exemple de leur donner d’office leurs filles à sauter, comme ça, sur décret préfectoral, ci-joint avec le titre de séjour.

C’est une question. Elle est brûlante. L’Afrique patriotique s’interroge, le Maroc pétitionne, la Turquie délègue des observateurs. On veut savoir.

Et les Algériens, pourtant si timides, ne sont pas restés muets. Ils ont, eux aussi, des requêtes, des complaintes, des aigreurs. La France, disent-ils, est garce de n’être pas totalement l’Algérie, pays où coule le lait et le miel en proie à une mystérieuse hémorragie migratoire.

Alors voici, la France juive, glorieuse.

– Hossam Messiha : « Mais, vous êtes fier d’être français ? »

– Mamadou : « Ma oui moi y’en a fier F’ance là ! »

France, 2020 : l’Egypte toise la Côte d’Ivoire, reprend, note.

Vous ne l’avez pas bien vu, ce gros nègre bavard, sous l’oeil perfide de Zeribicot ?

Je rectifie. Photographiez bien.

C’est votre compatriote, il est « Français ». Il a les papiers, le ministère de l’Intérieur en atteste à l’accueil. Que ça vous plaise ou non, c’est comme votre religion : on s’en fout, c’est une affaire « privée » (sauf à être musulman ou juif, d’évidence).

Hassan, seul légitime ici, n’est pas content : sa face de trafiquant algérois laisse sceptique les Blancs les mieux disposés.

« Le Prophèèèèète aaaaah ! »

Tout du long, forcément, les futurs chefs de la France ont énoncé les griefs, les amertumes interminables. Tout ça ne va pas assez vite, tout ça manque d’entrain.

C’est pas que sur le fond, il y est une opposition, c’est que ça traîne.

Bicot 1er, l’assure.

Quelle émission : le cirque juif de la France en état de putréfaction avancée avec ces races indescriptibles, la jugulaire nouée par la haine de l’Aryen. Le salaud qui ne fait pas encore, tout à fait, la place au squatteur oriental triomphant.

« Les Français souffrent »

Alors, « la France est-elle raciste ? »

Quand le parti « nationaliste » français mandate un arabe d’Egypte pour répondre à la question, il n’y a pas besoin de réponse.

Quand on tolère d’être dirigé par des métèques, on ne vient pas se plaindre d’être remplacés par des métèques.

Logique élémentaire.

Les foutus cons de Gaulois ne savent même plus de quoi il s’agit. Le Tonkin ou la Normandie, ils hésitent. Et puis ces nègres, si rigolos, ils dansent, avec leurs babines, est-ce si terrible, hein, qu’ils touchent un peu le cul de nos filles, au fond ?

Ce qui compte c’est le saucisson. Et les blagues de cul.

Et puis Jeanne d’Arc aussi, tiens.

Je vais vous en foutre de la Jeanne d’Arc, en livraisons énormes jusqu’au Ciel, en lot de consolation.

Par Saint Crépu, nous bouterons tous les Blancs hors de France. Jésus Marie, par tous les Bienheureux de la CAF.

En revanche, les tribus hostiles républicaines voient très clairement leur proie et savent comment l’égorger.

J’aurais préféré poser la question différemment, pour que tout le monde se comprenne bien :

« Voulez-vous que les arabes et les noirs commandent en France et que les Blancs obéissent ? »

Voilà comment on pose une question.

Et j’aurais ensuite pris les doléances, méthodiquement.

Ces races veulent dégager la franscaille, une bonne fois. La franscaille s’en fout : elle a d’autres problèmes, le pastis et les retraites.

Encore une fois, qui de meilleure qualité que Céline pour dire et répéter l’essentiel :

« La France hait d’instinct tout ce qui l’empêche de se livrer aux nègres. Elle les désire, elle les veut. Grand bien lui fasse ! qu’elle se donne ! par le Juif et le métis toute son histoire n’est au fond qu’une course vers Haïti. Quel ignoble chemin parcouru des Celtes à Zazou ! de Vercingétorix à Gunga Diouf. Tout y est ! Tout est là ! Le reste n’est que farce et discours. la France brûle de finir nègre, je la trouve fort à point, pourrie, croulante de métis. L’on me fait bien rigoler lorsque l’on m’annonce 5 ou 800 000 juifs en France ! La bonne plaisanterie ! Rien que Saint Louis, le bien nommé, en fît baptiser 800 000 d’un seul coup dans la Narbonnaise ! Pensez s’ils ont fait des petits ! Encore 50 ans, plus un seul français qui ne soit métis de quelque chose en « ide », araboïde, arménoïde, bicoïde, polonoïde… Et « français » bien entendu cent mille fois plus que vous et moi. (…)

Si la guerre civile avait duré ce serait d’ailleurs déjà fait. Nous aurions deux millions de morts, aryens, remplacés immédiatement (dixit Mandel) par deux millions d’asiates et nègres, le grand programme juif.(…)

Tous les métis, les allogènes, les Maurras etc. sont animés d’une haine sourde, animale, irréductible pour tous les Celtes et les Germains. (…)

La France actuelle si métissée ne peut être qu’anti-aryenne, sa population ressemble de plus en plus à celle des Etats-Unis d’Amérique. Même voeux, même politique profonde. Ahuris de partout rassemblés sous commandement juif, plus quelques débris d’indigènes nordiques et celtes à la traine, fondants d’ailleurs, en voie de disparition (là-bas des peaux rouges). Voyez nos équipes nationales sportives, bariolages grotesques, hâtifs racolages de n’importe qui, pêchés n’importe où, d’Afrique en Finlande ! »

« Le coup de grâce, sans conteste, nous fût porté par la guerre 14-18 : deux millions de morts, plus cinq millions de blessés et d’abrutis par les combats et l’alcool, soit toute la population masculine vaillante, (en majorité aryenne bien entendu) lessivée, anéantie. Et parmi ceux-ci certainement tous nos cadres réels, tous nos chefs aryens. La question des chefs ! La masse ne compte pas. Elle est plastique, quelconque, elle fait viande, poids de viande, c’est tout. La guerre, la vie le prouvent. La masse, la troupe ne vaut que par ses cadres, ses chefs. La troupe la mieux encadrée gagne la guerre. C’est le secret, c’est le seul. Nos chefs, nos cadres sont morts pendant la guerre super criminelle 14-18. Ils ont été immédiatement remplacés au pied levé par l’afflux des arménoïdes, araboïdes, italoïdes, polonoïdes etc. tous énormément avides, bercés depuis toujours au rêve, dans leurs bleds infects, de venir jouer ici les chefs, de nous asservir, nous conquérir, (sans aucun risque). Une magnifique affaire ! Nos héros 14-18, leur cédèrent sans barguigner leurs places toutes chaudes. Elles furent comblées immédiatement. 4 millions de polichinelles anti-français de corps et d’âmes, français de jactance seulement, on a bien vu ce que valaient les cadres Boncourt, les naturalisés Mandel pendant la guerre 39-40 ! Les femmes se marient avec ce qu’elles trouvent ! Certes ! Nouvelle floraison de métis ! Quelle comédie ! Quel lupanar ! Ainsi soit-il !

« Ils viennent jusque dans nos bras ! Egorger etc. » Ce ne sont pas du tout les « féroces soldats » qui ravagent et détruisent la France mais bien les renforts négroïdes de notre propre armée. Pour être juste, ils n’égorgent rien du tout, ils saillent. Et c’est l’imprévu de la « Marseillaise » ! Rouget n’avait rien compris, la conquête, la vraie de vraie, nous vient d’Orient et d’Afrique la conquête intime celle dont on ne parle jamais, celle des lits. Un empire de 100 millions d’habitants dont 70 millions de cafés au lait, sous commandement juif est un empire en train de devenir Haïtien, tout naturellement. Sommes-nous complètement abrutis ? C’est un fait, par l’alcool et le métissage, et puis pour bien d’autres raisons… (voir les Beaux draps, interdits…)

Anesthésiés, insensibles au péril racial ? Nous le sommes, c’est l’évidence. 50 000 étoiles jaunes n’y changeront rien. La France entière pour un peu, plus dreyfusarde que jamais, par sympathie si chrétienne, arborerait avec fierté le signe judaïque. Légion d’honneur nouvelle, zazou, beaucoup plus justifiée que l’autre. Et tout pour Blum et pour de Gaulle !

Alors beau chose, dites-nous vous même, un petit peu, ce que vous préconisez ? Ah ! que c’est plus délicat… malcommode… ardu… cruel… Que Dieu me garde du pouvoir ! des lourdes confiances populaires !

Je les mettrais toutes en bouillie ! Je découperais d’abord la France en deux morceaux. Pour la commodité des choses, la tranquilité des parties. Le slogan « Une, Indivisible » m’a toujours semblé un truc de « maçons ».

Au point où nous sommes arrivés dans la décadence, nous serons forcément tétards dans l' »Indivisible » nous les gens du Nord, puisque c’est le sud qui commande, c’est à dire le juif. Les Romains trop métissés se sont donnés deux capitales, j’en ferais tout autant. Marseille et Paris. L’une pour la France méridionale, latine si l’on veut, bysantine, « Suralgérique », tout aux métis, tout aux zazous, où l’on aurait tout le loisir, toute la liberté d’héberger, chérir à fond tout les plus beaux youtrons du monde, de les élire tous députés, commissaires du peuple, archevêques, druides, génies, de se faire endaufer par eux, à l’infini, en attendant de tous passer nègres, l’affaire de trente ou cinquante ans, au train où poulopent les choses, d’atteindre enfin le but suprême, l’idéal des Démocraties. L’autre pour la France « nord de la Loire » la France travailleuse et raciste, sans Blum, sans Bader, si possible, sans Frot non plus, c’est à tenter. Je crois qu’il est peut-être temps que s’opère quelques grandes réformes… La France idéal St-Domingue ne m’intéresse vraiment pas. Peut se la farcir qui se présente, je m’en fous très énormément. Je regrette tout simplement d’avoir laissé tant de ma viande (75 pour 100) pour défendre cette saloperie qui ne rêve que de Lecache. (fondateur de la Ligue Contre l’Antisémitisme, qui deviendra la LICRA) Une si grande guerre, tant de misère, pour aller de Rothschild à Worms ! Il faudra vraiment du nouveau pour me faire devenir patriote. Je crois que ce sera pour une autre fois, pour un autre monde peut-être, celui des morts si je comprends bien, la vraie patrie des entêtés. »