Home / Dégénérescence / La grosse pute à nègre Mathilde Gosset en a marre que le macaque de compagnie qui la baise soit considéré comme un singe

La grosse pute à nègre Mathilde Gosset en a marre que le macaque de compagnie qui la baise soit considéré comme un singe

Heinrich
Démocratie Participative
05 mars 2020

c’est quoi cet aborigène

Une grosse pute à nègre fait son numéro parce que le singe de compagnie avec lequel elle copule comme une guenon fait rire tout le monde !

« 𝑂𝑢𝑖, 𝑖𝑙 𝑒𝑠𝑡 𝑛𝑜𝑖𝑟, 𝑚𝑎𝑖𝑠 𝑖𝑙 𝑎 𝑒́𝑡𝑒́ 𝑎𝑑𝑜𝑝𝑡𝑒́ 𝑒𝑡 𝑠𝑒𝑠 𝑑𝑒𝑢𝑥 𝑝𝑎𝑟𝑒𝑛𝑡𝑠 𝑠𝑜𝑛𝑡 𝑚𝑒́𝑑𝑒𝑐𝑖𝑛𝑠 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑐̧𝑎 𝑣𝑎. » M’a-t-on dit…

Sur cette photo, je suis accompagnée de l’être le plus humain que je n’ai jamais rencontré.

Kyo est dans le top 5 de sa promo,
Kyo a une moyenne de 16/20,
Il n’a jamais doublé.
Et pourtant, Kyo est obligé d’enlever sa photo de son CV s’il veut espérer avoir une interview et avoir une chance de se faire engager quelque part.

Kyo ne fume pas,
Kyo ne se drogue pas,
Il n’est pas un voleur.
Et pourtant, à la caisse des supermarchés de Woluwe-Saint-Pierre, Kyo se fait toujours refuser l’accès aux caisses automatiques et doit sans cesse se diriger vers les caisses classiques.

Kyo paye son abonnement STIB,
Kyo paye son abonnement De Lijn,
Il ne fraude jamais dans les transports en communs.
Et pourtant, lorsque Kyo est seul à l’arrêt, il arrive que les bus De Lijn refusent de s’arrêter pour lui.

Kyo a 22 ans,
Kyo mange comme un adulte,
Il ramasse ses déchets quand ils tombent par terre,
Et pourtant, des inconnus en rue se permettent de lui demander de manger plus proprement.

Seulement 4 paragraphes,
Néanmoins, je pourrais en écrire tant.

La vérité la voici :
Kyo est belge et je suis belge.
Kyo a 22 ans et j’ai 22 ans.
Il est noir et je suis blanche.

Kyo est noir et je suis blanche. C’est sur base de cette différence de couleur de peau, que nous ne sommes pas traités de la même façon.
Que ce soit dans les hôtels, dans les supermarchés, dans les restaurants, dans les transports en communs, dans la rue, chez le coiffeur, …

Dans une ville comme Bruxelles, avec tant de mixité, je suis écœurée de voir que l’on puisse encore, en 2020, s’arrêter à une couleur de peau.

Avec le temps Kyo a appris à se taire, il ne réagit pas, ne se défend plus. Tout ceci est devenu une normalité pour lui. Si aujourd’hui je choisis de m’exprimer, c’est parce qu’une énième remarque déplacée nous a gâché notre repas, ce midi, à Ixelles. Je ne peux plus supporter que l’on dénigre celui qui représente tout pour moi.

De plus, je pense à l’avenir. Je pense au jour où nous aurons des enfants. Le jour où, nos enfants subiront, eux aussi, les moqueries, les clichés. Il est grand temps d’ouvrir les yeux sur cette réalité et de changer nos manières de penser.

Kyo n’est pas une exception.
Kyo mérite le respect.

Ces putes avec leurs négrillons qui SOUILLENT nos pays osent la ramener

Grosse truie tout le monde se foutera de tes macaques et ils finiront revendeurs de shit

Le plus drôle c’est la réponse des vieilles blanches en manque de bite africaine

Jéhovah va mettre des nègres partout pour baiser des blanches peinard !!