Home / France / La maison d’un couple de flics visé par un cocktail Molotov lancé par des terroristes antifas

La maison d’un couple de flics visé par un cocktail Molotov lancé par des terroristes antifas

Captain Harlock
Démocratie Participative
07 mars 2020

Surprenante convergence des luttes entre djihadistes et terroristes antifas.

Actu17.fr :

Un cocktail Molotov a été lancé sur la maison d’un couple de policiers à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne) dans la nuit de mardi à mercredi. Ce n’est pas la première fois que les victimes sont ciblées.

Il était environ 02h15 du matin lorsque les faits se sont produits. Un couple de policiers dormait lorsque le fonctionnaire a entendu du bruit provenant de l’extérieur de sa maison. L’homme est sorti et a constaté un départ de feu qu’il a réussi à maîtriser avec son tuyau d’arrosage. Il a ensuite immédiatement fait appel à la gendarmerie.

Les militaires sont rapidement arrivés sur place et ont découvert des morceaux de verre à l’endroit où l’incendie avait débuté. Le ou les auteurs avaient placé un torchon pour allumer la bouteille qui contenait un produit inflammable.

Selon les premiers éléments, le cocktail Molotov a été lancé sur la voiture du couple stationnée devant leur maison, mais a rebondi dessus avant d’atterrir sur le mur du logement. Fort heureusement, personne n’a été blessé.

Une enquête a été ouverte et confiée à la brigade de recherches de Meaux. Des prélèvements et des relevés ont été effectués sur place ainsi que sur les morceaux de verre, dans le but d’identifier un suspect.

Les enquêteurs prennent l’affaire très au sérieux. En effet, le couple de policiers avait déjà été victime d’une tentative de cambriolage le 3 décembre dernier alors qu’il était en vacances. Leur véhicule avait alors été dégradé et le ou les malfaiteurs avaient inscrit sur leur voiture : « Nique les keuf on va te crevé batard ACAB », selon une source proche de l’enquête.

Pour l’heure, les enquêteurs de la brigade de recherches de Meaux n’ont pas encore découvert de liens entre les deux faits qui se sont déroulés en l’espace de trois mois.

C’est dans la même veine que la tuerie de Magnanville par une pépite de la République, le marocain Larossi Abballa

Dans la mesure où même la Préfecture de Police de Paris est un terrain de chasse pour les égorgeurs du Califat, je ne miserais pas lourd sur la sécurité privée des flics en général.

Surtout dans les métropoles tiers-mondisées.

Et puis, après 50 ans de bienveillance et de protection de l’extrême-gauche et des antifas par l’appareil d’état et les juges rouges, les bandes marxistes n’ont aucune raison de s’inquiéter.

Les anarcho-communistes ont pour ainsi dire carte blanche.