Home / Dégénérescence / Les 5 stades du déclin des sociétés infectées par le féminisme

Les 5 stades du déclin des sociétés infectées par le féminisme

Beau Albrecht
Return of Kings
18 mars 2020

Les individus au sein du corps politique sont ce que les cellules sont pour les organismes. Tout comme les gens peuvent attraper des maladies, les nations peuvent souffrir de pathologies idéologiques. Voici comment la maladie du féminisme évolue.

Stade 1 : croissance bénigne

Le féminisme commence comme une maladie bénigne, mais des études de cas montrent qu’il se transforme souvent en métastases malignes. Les mouvements politiques dans les sociétés démocratiques sont similaires aux processus d’homéostasie dans les organismes. Si des groupes sont désavantagés par la loi, ils considéreront cela comme injuste et chercheront à obtenir des changements. Cela devient pathologique, si en excès (en perturbant l’équilibre homéostatique dans l’autre sens), ou si des agendas cachés deviennent des vecteurs d’agents pathogènes idéologiques.

Dans certains pays, en particulier sous la charia, les femmes sont vraiment opprimées, et très mal. La plupart des féministes négligent ce fait, et certaines s’allient même à l’Islam radical. Notez bien que cela semble paradoxal pour quiconque ne comprend pas les véritables objectifs du féminisme moderne.

Lorsque la première vague de féminisme américain a commencé avec la convention de Seneca Falls de 1848, les femmes étaient bien mieux traitées qu’au Moyen-Orient. Les femmes avaient les rôles et les obligations qu’on attendait d’elles, mais les hommes aussi. Par exemple, à l’époque du « pas si bon vieux temps », un homme pouvait être enrôlé dans une guerre, contrairement aux femmes. Finalement, le féminisme du premier stade a atteint ses objectifs d’égalité devant la loi. Les exceptions sont les domaines qui désavantagent les hommes (comme la loi sur le divorce ou le projet).

Les femmes ont obtenu le droit de vote progressivement, en commençant par le Wyoming en 1869, puis dans tous les États-Unis en 1920. En soi, cela n’a pas posé de problème jusqu’à ce que le féminisme devienne malin. Enfin, si quelqu’un prétend que les femmes n’ont aucun pouvoir dans la société, c’est faux depuis près d’un siècle.

Étape 2 : L’hostilité maligne

La deuxième vague de féminisme a commencé au milieu des années 1950, et l’infection s’est répandue de manière rampante dans le corps politique vers le milieu des années 1960. Elle s’est métastasée par l’exposition à de puissantes toxines provenant de la maladie idéologique appelée marxisme culturel, une souche mutante du communisme.

Il existe des critères de diagnostic pour déterminer si un mouvement politique est devenu une pathologie idéologique maligne. Une biopsie permet d’examiner si les individus au centre ressemblent à des personnes normales ou s’il s’agit d’une souche mutante. En outre, agissent-ils en symbiose pour le bien commun du corps politique, ou sabotent-ils des fonctions essentielles et répandent-ils la discorde ? Enfin, lorsque leurs objectifs sont atteints, sont-ils apaisés ou forment-ils des revendications encore plus radicales ?

Avec la loi sur l’égalité des salaires de 1963, l’objectif final de la variété bénigne du féminisme américain a été atteint.

Les féministes ont-elles célébré la paix entre les hommes et les femmes ? Nous ont-elles donné ne serait-ce qu’une miette de gratitude pour avoir acquiescé ? Non, les revendications sont devenues encore plus fortes.

Une décennie plus tard, elles ont obtenu l’avortement. Pourtant, même cela n’a pas suffi à calmer les féministes. Les dieux du libéralisme étaient-ils assoiffés de sang ?

Au cours de la deuxième phase du féminisme, des individus malades (dont certains sont littéralement fous) ont propagé ce virus de l’esprit. Pendant cette phase d’infection, cette nouvelle contagion contamine de grandes quantités de femmes normales, dépourvues de toute immunité idéologique naturelle.

Les féministes souffrent d’une irritation chronique, certaines criant même de rage.

Les personnes infectées craignent irrationnellement tous les mâles, même s’ils sont bienveillants ou inoffensifs. Les cardiopathies sociales commencent lorsque les relations homme-femme sont empoisonnées. Le taux de divorce atteint 50 %. La reproduction ralentit ; certaines lignées individuelles commencent à s’éteindre.

Stade 3 : Syndrome Sybaritique

La troisième vague de féminisme a débuté au début des années 1990. La fièvre a légèrement diminué, mais l’infection était loin d’être terminée. Certains se sont même interrogés, mais ils se sont vite fait engueuler. Puis, les cris d’oppression se sont rapidement renouvelés. Les féministes ont commencé à exacerber les comorbidités culturelles marxistes, un symptôme appelé « intersectionnalité ».

Le féminisme du troisième stade affecte profondément le cycle de vie des individus. Dans le passé, les hommes et les femmes s’associaient pour former des familles, un fait biologique qui déplaisait beaucoup aux féministes de la deuxième vague. Le féminisme de la troisième vague a promu des « modes de vie alternatifs ». Le mariage stérile entre personnes de même sexe n’est qu’un début.

Les jeunes femmes de haut niveau sont encouragées à entrer à l’université. Cela ne poserait pas de problème si d’autres facteurs n’entraient pas en ligne de compte. Elles sont endoctrinées et s’endettent massivement à la fin de leurs études, elles sont éduquées pour servir les entreprises et générer plus de recettes fiscales. Pendant leurs années les plus fertiles, elles consomment de grandes quantités d’éthanol et s’accouplent fréquemment. Cependant, une constellation de critères arbitraires (pas assez voyant, trop court, classe moyenne, trop gentil, etc.) sont des motifs de rejet pour les mecs.

Ce n’est que lorsque l’épanouissement de la jeunesse s’estompe qu’une « stabilisation » leur est acceptable. S’il lui déplaît (généralement exprimé par « je ne suis pas heureuse »), elle peut alors mettre fin à ses vœux de « jusqu’à ce que la mort nous sépare », voler la moitié de son argent au tribunal, puis trouver un autre pigeon.

Les taux de reproduction sont faibles ; le féminisme les encourage à continuer à taper sur le bouton « délai » de l’horloge biologique jusqu’à ce qu’il soit trop tard.

Une progression différente de la maladie crée des femmes de basse classe. Elles intériorisent le principe « vous n’avez pas besoin d’un homme » pour y inclure l’éducation des enfants. Dès leur plus jeune âge, ces spécimens donnent naissance à plusieurs enfants de pères absents.

On les observe souvent dans les magasins de vente au rabais, ayant une masse corporelle deux fois plus importante que la normale, avec leur progéniture illégitime peu disciplinée à leurs côtés.

Le gouvernement achète leurs votes grâce à l’argent des impôts collectés auprès des hommes et des femmes de haut rang.

Étape 4 : Conflits domestiques provoqués artificiellement

Aux États-Unis, le féminisme a fait des métastases de type Stade 4 il y a environ dix ans.

Le féminisme de la quatrième vague est étroitement lié au marxisme culturel. Ses praticiens sont difficiles à distinguer des Guerriers de la Justice Sociale (SJW). De nombreux hommes sont également infectés à l’heure actuelle, sans se rendre compte qu’ils sont traités comme des idiots utiles.

Alors que le féminisme est en train de muter, le marxisme culturel lui-même est en train de muter aussi. N’ayant plus la direction idéologique soviétique, ses anciens représentants dans les universités occidentales ont commencé à pousser les choses dans des directions très étranges. Par exemple, l’école de Francfort voulait transformer les Américains en une nation de mauviettes, réduire la cohésion sociale et infliger un complexe de culpabilité utile à leur domination. Cependant, même dans leurs rêves les plus fous, ils n’auraient pas imaginé que l’armée américaine paierait un jour pour des opérations de changement de sexe, ou que les écoliers soient encouragés dans cette névrose également.

Le féminisme de stade 4 affecte profondément le cycle de vie reproductive des individus, même au-delà du dysfonctionnement de stade 3. L’activité hétérosexuelle est découragée : blocage de coqs, rhétorique de « harcèlement de rue », mensonges épouvantables sur la « culture du viol », etc. Les accusations infondées obtiennent une grande publicité ; lorsqu’elles sont découvertes comme étant fausses, il n’y a pas de conséquences pour l’accusateur.

À cette époque, des multitudes de corps envahissants entrent dans la nation en raison du multiculturalisme comorbide. Plutôt que d’établir une symbiose dans la nouvelle société, ils en consomment librement les ressources.

Stade 5 : Phase terminale

La nation est proche de la mort. L’agenda féministe ne rencontre plus aucune opposition. Les individus sont infectés dès les premiers stades de leur croissance. L’opposition – quelque chose qui pourrait inoculer contre l’infection – est interdite. La charge virale élevée fait que les individus ne se reproduisent qu’à la moitié du taux nécessaire pour faire vivre la nation, qui commence à dépérir assez rapidement.

Ensuite, des corps envahissants attaquent l’hôte en toute impunité, comme cela arrive à un malade du sida. Le gouvernement (la fonction exécutive cérébrale de la nation) va même encourager cela, car pendant tout ce temps, il a été infecté par les microbes étrangers qui ont libéré les toxines du marxisme culturel. La loi (le système immunitaire de la nation) est complètement impuissante et ne peut pas contrôler les envahisseurs. Plusieurs études de cas montrent qu’elle ne réagira pas du tout si un nombre massif de femmes sont visées. Cependant, la loi continuera de réprimer la liberté d’expression des personnes en bonne santé qui tentent de mettre un terme aux maladies qui tuent la nation.

Les États-Unis n’en sont pas encore au stade 5, bien que la Suède soit proche de la phase terminale de l’infection et que d’autres pays d’Europe occidentale présentent des symptômes d’immunité totalement compromise. À ce stade, il devient extrêmement difficile de guérir les nations du féminisme malin et du marxisme culturel comorbide.

Si elle n’est pas traitée, la mort est inévitable. Les envahisseurs mourront eux aussi après avoir dévoré le corps de la nation, tout comme leurs facilitateurs, mais ils n’en sont pas conscients.

Le traitement