Home / Les dernières actualités / Les Anglais décident de laisser leur population être infectée par le Coronavirus pour voir qui est assez fort pour survivre

Les Anglais décident de laisser leur population être infectée par le Coronavirus pour voir qui est assez fort pour survivre

Captain Harlock
Démocratie Participative
15 Mars 2020

Les Britanniques ont une approche différente de l’épidémie du Coronavirus.

Leur stratégie n’est pas aussi absurde qu’on pourrait le penser de prime abord.

The Independent :

Le conseiller scientifique en chef du Royaume-Uni a déclaré que le gouvernement veut que 60 % de la population attrape le coronavirus pour essayer de créer une « immunité collective » afin de se protéger contre le virus qui devient une crise annuelle.

Sir Patrick Vallance a déclaré à l’émission Today de la BBC Radio 4 qu’il pensait que le coronavirus risquait de devenir un « virus annuel » et que la stratégie consistait à limiter l’impact sur le NHS mais pas à arrêter complètement le virus.

Il a déclaré : « Ce que nous ne voulons pas, c’est que tout le monde finisse par l’attraper en peu de temps et que nous submergions les services du NHS – c’est l’aplatissement du pic », a-t-il déclaré.

C’est un concept assez simple qui consiste à laisser la nature suivre son cours pour ne laisser en vie que les plus forts. L’idée n’est pas de sauver des individus mais de renforcer le système immunitaire du groupe biologique sur le long terme.

Ceci dit cette stratégie n’est pas compatible avec un système démocratique et financier occidental dont la stabilité se joue annuellement à 1 ou 2% du PIB.

« Vous ne pouvez pas l’arrêter, donc vous devriez vous retrouver avec un pic plus large pendant lequel vous anticiperiez que plus de gens obtiendraient l’immunité à ce sujet. Cela devient en soi une partie protectrice de ce processus. »

« Il est très probable, je pense, que cela devienne un virus annuel, une infection saisonnière annuelle. »

C’est effectivement le vrai danger : que ce virus mute pour devenir saisonnier au même titre que la grippe classique et qu’il acquiert un taux de létalité de 10 ou 15%.

 En quelques années, cela pourrait éliminer des millions de gens dans un pays comme la France.

Il l’a dit plus tard à Sky News : « Les communautés seront immunisées contre ce virus et ce sera une partie importante du contrôle à long terme. Environ 60 % est le chiffre nécessaire pour obtenir une immunité collective. »

Dans une situation où l’infection est uniforme dans tout le pays, cela pourrait signifier qu’environ 39 millions de personnes seront infectées. Selon une modélisation antérieure de l’Organisation mondiale de la santé, un taux de mortalité de 1 % signifierait que 398 000 personnes mourraient du coronavirus et que 1,9 million de personnes seraient gravement malades et auraient besoin d’un traitement hospitalier.

Le taux de mortalité réel du virus au Royaume-Uni n’est pas clair, et les experts ont suggéré qu’il pourrait être bien inférieur à 1 %. De nombreuses personnes présentant des symptômes légers pourraient ne jamais être confirmées comme étant porteuses du virus et ne sont pas prises en compte dans les calculs du taux de mortalité qui serait plus faible si elles l’étaient.

Sir Patrick a déclaré à la BBC que les conseils que le gouvernement suit pour lutter contre le coronavirus ne cherchent pas à « supprimer » entièrement la maladie mais à aider à créer une « immunité collective au Royaume-Uni » tout en protégeant les plus vulnérables contre celle-ci.

A la question de savoir si l’on craignait qu’une répression trop sévère de sa propagation ne le fasse revenir, Sir Patrick a répondu : « C’est exactement le risque que l’on peut attendre des épidémies précédentes. Si vous réprimez quelque chose de très, très dur, lorsque vous relâchez ces mesures, il rebondit et il rebondit au mauvais moment. Notre objectif est d’essayer de réduire le pic, d’élargir le pic, pas de le supprimer complètement ; aussi, parce que la grande majorité des gens attrapent une maladie légère, de construire une sorte d’immunité collective pour que plus de gens soient immunisés contre cette maladie et que nous réduisions la transmission, tout en protégeant ceux qui y sont le plus vulnérables.

Sir Patrick a déclaré que certaines des mesures de distanciation sociale mises en place par le gouvernement, notamment l’auto-isolement pendant sept jours en cas de symptômes, sont « en fait assez extrêmes ».

Sir Patrick a déclaré qu’il était « vendeur » d’ordonner l’annulation de rassemblements de masse et d’événements sportifs, mais que les chances de contracter la maladie en assistant à de telles occasions sont minces.

Il a déclaré à la BBC : « Les rassemblements de masse ont un certain impact, ce n’est pas qu’ils ne fassent rien si vous les arrêtez. Mais ils sont beaucoup plus mineurs que les autres. L’endroit le plus probable où vous allez attraper une infection est un membre de la famille, un ami, quelqu’un de très proche dans un petit espace, pas dans un grand espace. C’est assez vendeur de dire « Arrêtez-les » (mais) cela n’a pas vraiment d’effet sur la transmission. Cela ne veut pas dire que nous ne le ferions pas à un moment donné, mais ce n’est pas la chose la plus importante à mettre en place en premier« .

En Chine, les études menées sur les différentes épidémies de grippe ont démontré que 80% des contaminations avaient lieu dans le milieu familial.

Le gouvernement chinois a donc développé une stratégie qui consiste à empêcher les gens infectés de retourner chez eux pour être orientés vers des centres d’isolement. Mais même ces mesures ne sont pas réellement suffisantes. Le virus peut muter et repartir une fois les mesures de confinement levées.

C’est ce que disent les Britanniques : au mieux, on peut étaler dans le temps et absorber plus facilement les cas graves.

De toute façon, les débats autour de la stratégie du confinement n’ont aucun intérêt dans des états du tiers-monde où aucune espèce d’ordre ne prévaut.

C’est un débat obsolète.

Nous essayons de copier les méthodes de nations asiatiques à forte discipline/autorité avec un peuplement situé à mi-chemin entre les Comores et le Congo.

C’est ridicule.

Ce virus, s’il devient réellement létal, nous rendra service plus qu’autre chose.

Opinion impopulaire : il y a trop de gens, que ce soit sur cette terre ou en France.