Home / Les dernières actualités / Les Jeunesses Judéo-Macronistes officiellement lancées !

Les Jeunesses Judéo-Macronistes officiellement lancées !

Captain Harlock
Démocratie Participative
17 juin 2019

 

Les juifs ne craignent qu’une chose sur cette terre : une révolution sédentaire contre leur parasitisme nomade. C’est ce que les juifs désignent sous le terme de « nationalisme » voire de « populisme ».

Quand le juif pressent que le travailleur sédentaire atteint un dangereux niveau d’exaspération face à sa rapine financière, il recourt à sa stratégie habituelle : retourner la menace contre elle-même.

Pour la mettre en oeuvre, il consent à un repli tactique, de pure forme.

C’est la théorie qu’a développé Jacques Attali l’été dernier face à la montée en puissance du nationalisme en Europe : pour contrer le nationalisme aryen, les juifs ont besoin d’un nationalisme d’inspiration hébraïque, c’est-à-dire d’un anti-nationalisme drapé des oripeaux du nationalisme.

Les juifs et leur marionnette Macron vous proposent donc un kit nationaliste prêt à l’emploi avec force uniformes, logos tricolores et, bien sûr, une large louche de Marseillaise pour convaincre les plus dubitatifs.

Voici les Jeunesses Judéo-Macronistes, avant-garde multiculturelle de la république, présentée par le sodomite juif Gabriel Attal.

Et le clou du spectacle (ou dans le cercueil), la négresse musulmane Ndiaye et sa montagne de velcro sur le crâne :

Quelle lamentable foirade.

Le juif étant le juif, l’affaire va vite devenir un moyen de faire sauter des Blanches par des nègres dans des dortoirs.

Autant citer Louis-Ferdinand Céline :

Cet État français judéo-maçonnique constitue bien la plus ignoble escroquerie du Patriotisme que l’on puisse rêver. Nous sommes, Français de souche, asservis, brimés, opprimés, cocufiés, dépouillés, minimisés, ridiculisés, à chaud, à vif, autant qu’il se peut, admirablement, implacablement, frénétiquement, trahis il faut ajouter, minutieusement, perpétuellement, inlassablement, par nos frères de race arrivistes, les francs-maçons, chiens volontaires des Juifs, goinfreurs, en toutes poubelles, en tous déchets juifs, meute à la curée, à la ripaille de toutes les gangrènes d’agonie, éperdus au sifflet des juifs. Les loges détiennent tous les pouvoirs.

Les Youtres n’ont qu’à se servir. Aucune résistance. Ils s’installent, exploitent, rançonnent en définitive où ils veulent, comme ils veulent, où leur caprice les chatouille.

Ils nous enculent, si telle fredaine les anime, publiquement, très impunément. Auriez-vous rêvé d’un négrite Maître de l’Instruction Publique ? Vous l’avez. En voulez-vous un autre, maître de nos Colonies ? Vous l’avez ! Juste retour des choses ! Demain Président du Conseil, ordonnateur de nos abattoirs (Il le fut déjà). La Haute Juiverie s’amuse de savoir à quel point l’on peut nous avilir, nous faire ramper, avaler des couleuvres, des hontes, des glaviots.

Je trouve, pour ma part, que les Juifs n’en feront jamais assez. Je voudrais qu’il soit décrété une bonne fois, définitivement, que toutes les Grandes Écoles, les Grands Corps de l’État, Académies, Polytechniques, Internats, Électorats, Hôpitaux, Radios, Théâtres subventionnés, Théâtres ordinaires, Banque de France, sont absolument réservés aux Juifs (comme en U.R.S.S.) et strictement interdits aux Goys. Dans la pratique évidemment, c’est déjà bien entendu.

Mais enfin la chose n’est pas encore officielle et ça me choque. L’exclusive contre l’indigène doit être prononcée officiellement. Il est temps. Tout ce qui commande, tout ce qui émine, reluit, ordonne, enseigne doit être en France, à partir de ce jour, strictement juif. C’est tout.

Ce serait absolument loyale constatation d’un état de fait qui crève les yeux. Ce décret officiellement pris, l’indigène se le tiendrait pour dit, plus de paroles, plus de démarches inutiles, il se cantonnerait strictement, une bonne fois pour toutes, dans les fonctions de son mérite, aux Abattoirs ou dans la merde. »

La France est intégralement juive, des pieds à la tête. Pas une brique de cette république qui ne soit bénie par un rabbin. Rien qui ne s’exprime d’institutionnel qui ne soit 100% conforme aux édits de la juiverie. Qui ne soit juif.

Nous voilà donc avec du nationalisme, que dis-je, des jeunesses nationalistes avec tout ce qu’il faut d’uniformes, de rangs, de drapeaux, de Marseillaise. Cela glisse comme du beurre sur une poêle.

Que l’idée fût venue à un Aryen démocrate-chrétien, un Durand sans un seul youtre dans son arbre généalogique, et tout la sainte création se serait mobilisée à l’appel de Yahvé, rugissant de mille montagnes contre l’ignoble initiative crypto-vichyste.

Tout cela n’a aucun sens car nous sommes devenus trop abrutis à force d’absorber les millions de mots et de phrases que le juif nous défèque dans la cervelle depuis un siècle. Le juif est tout de mots car il est tout de mensonges, les vérités sont pour lui comme les actions qu’il achète et vend en fonction des cours : elles n’ont de valeur qu’en fonction du profit qu’il peut en retirer.

Le oui et le non sont interchangeables.

Tandis qu’il fixe le prix comme il fixe le sens, l’Aryen sidéré, paumé, ne sait s’il monte ou s’il descend, s’il est mâle ou femelle, si la droite est de gauche ou l’inverse, si la démocratie est le propre de la dictature. Il cherche la terre ferme et ne trouve que de la gelée judéo-démocratique.

Chien perdu, le Français répond à son maître : hier il répétait « le nationalisme c’est la guerre ! », aujourd’hui, comme un chien au cirque, il s’exhibe en parade nationale, ne quittant pas de l’oeil la baguette du maître juif.

SNU

Fort heureusement pour nous, tout ça arrive trop mollement, trop tard.

Aussi perverse que soit la juiverie, elle n’a pas le pouvoir de ressusciter un cheval crevé, fût-ce pour la servir. Il n’y aura pas d’autres Verdun pour sauver sa démocratie.

Cette bourrique nationale rabbinique est lessivée, la cocarde et la grosse caisse ont fait leur temps. Pas de Gardes Rouges enfiévrés pour sauver les synagogues.

En lieu et place, des soldats pour moitié nègres tirant la langue à la vue de leur solde.

Un peuple vaporisé par 75 ans de démocratie, d’antidépresseurs, de congés payés, de nichons Canal+ ne fournit pas de colonnes infernales. Au mieux un troupeau suppliant qu’on l’achève.

Tout ça n’a rien de nationaliste, ni d’aryen.

C’est le nationalisme Hanouna.

La fin des juifs, confits de leurs propres déjections.

Commenter l’article sur /dempart/