Home / Dégénérescence / L’espagnol rouge à la tête de la CGT assure vouloir « faire plus » pour normaliser les activités criminelles des réseaux pédo-LGBT

L’espagnol rouge à la tête de la CGT assure vouloir « faire plus » pour normaliser les activités criminelles des réseaux pédo-LGBT

Captain Harlock
Démocratie Participative
18 Mai 2020

La CGT est un syndicat dont la fonction d’encourager des enfants de 6 ans à se laisser sodomiser par des hommes déguisés en chien sous trithérapie

Les communistes de la CGT sont inquiets. Un truc a été posté sur Facebook à propos des pédés-qui-s-enculent.

BFMTV :

Ébranlé par deux récentes histoires d’homophobie au sein de la CGT, son leader, Philippe Martinez, a condamné ces actes dans le magazine Têtu et dit avoir réalisé que davantage devait être fait pour lutter contre ce phénomène.

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez condamne fermement deux affaires d’homophobie récentes émanant de membres du syndicat et estime qu’il faut « en faire plus » contre l’homophobie dans un entretien au magazine « Têtu » lundi.

Une affiche publiée par le syndicat CGT Info’Com sur les réseaux sociaux figurant Laurent Berger et le patron du Medef Geoffroy Roux de Bézieux en « Sado et Maso » avait été vigoureusement dénoncée le 10 mai par la CFDT, parlant de « message à caractère homophobe ».

Je suppose que la CGT va demander à ses commissaires politiques d’informer sa direction à chaque fois qu’une blague sur les pédés sera entendue sur un chantier.

Six mois plus tôt, en décembre 2019, une vidéo montrait des grévistes de la CGT-RATP accablant d’insultes homophobes un chauffeur non gréviste pendant le combat contre la réforme des retraites.

« Même si le contexte est différent, la condamnation est la même », a souligné Philippe Martinez. « C’est inadmissible ».

Le gros Martinez ne serait pas un adepte des pipes à moustache ?

Je le soupçonne d’aimer le cuir. Il en a la trogne.

Il précise qu’un « courrier assez sec adressé aux dirigeants d’Info’Com part ce lundi pour repréciser les faits. C’est une sorte d’ultimatum. Car il y a eu d’autres affaires avec ce syndicat ».

« Je vais vous faire une confidence. Je pensais que se syndiquer à la CGT était un vaccin contre beaucoup de conneries. Notamment l’homophobie. Je dois me rendre à l’évidence, j’avais tort », reconnaît-il.

Je ne crois qu’il soit encore besoin d’expliquer ici que la CGT n’a jamais rien été d’autre qu’une organisation gigogne du Parti Communiste. L’objectif de ces agitateurs rouges a toujours été d’embrigader le prolétariat pour le compte des juifs afin de faire triompher la cause sémitique du marxisme international. Marxisme qui n’est rien d’autre qu’un judaïsme à usage des goyim. Cela n’a pas changé, ces bandits ont simplement mis à jour leurs slogans mais les buts restent les mêmes.

Philippe Martinez rappelle qu’il participe à la Marche des fiertés et qu’un collectif LGBT existe au sein de la CGT depuis près de 20 ans, à qui il « a demandé d’accélérer toutes les formations dans toutes nos organisations pour lutter contre l’homophobie et les discriminations de ce genre ».

Le char de la CGT est mythique.

L’avant-garde ouvrière du PCF.

De son côté, la CFDT a salué dimanche le 30e anniversaire du retrait par l’OMS de l’homosexualité de la liste des maladies mentales.

« C’est la mémoire de cette date symbolique que commémore chaque 17 mai la Journée internationale contre la LGBTphobie », assure le syndicat dans un communiqué. Il « rappelle aux employeurs leurs obligations légales en matière de lutte contre les discriminations et les appelle à amplifier les dispositifs de prévention sur le lieu de travail ».

Il est impossible d’évoluer parmi des ouvriers sans ignorer le fait que tous, sans exception, haïssent les pédales. L’espagnol rouge Martinez le sait parfaitement, le monde ouvrier n’est pas un monde pour sodomites à piercing. Ce type importe les mots d’ordre de la bourgeoisie.

L’arrogance de Martinez est inversement proportionnelle au poids réel de son organisation dans le pays. Ce syndicat compte moins de 650,000 adhérents. Ils en avaient deux millions dans les années 70.

L’écrasante majorité sont des fonctionnaires à statut, pas des ouvriers.

Sans le cartel des syndicats imposé par le pouvoir juif depuis la Seconde Guerre Mondiale, cette boutique se serait effondrée sur elle-même il y a des décennies.

Je ne sais pas quel est le syndicat le plus poreux pour les gens de notre sensibilité. Il serait temps de s’intéresser à cette affaire-là. Noyauter des branches locales seraient un excellent moyen de forger un réseau par des Blancs pour des Blancs.

Commentez l’article sur EELB