Home / Guerre raciale / Loire-et-Cher : Brahim, condamné à 15 ans de prison pour tentative d’assassinat contre 3 gendarmes, exige d’être libéré

Loire-et-Cher : Brahim, condamné à 15 ans de prison pour tentative d’assassinat contre 3 gendarmes, exige d’être libéré

Leutnant
Démocratie Participative
20 Janvier 2020

Brahim Mokadem veut sortir de prison où il s’ennuie.

La Nouvelle République :

Incarcéré depuis juillet 2015, date à laquelle il a foncé avec sa voiture sur trois gendarmes en intervention sur l’A10, près de Mer, Brahim Mokadem a de nouveau demandé sa liberté devant la chambre de l’instruction. Cet Orléanais de 34 ans a été condamné en 2018 à Blois à 15 ans de réclusion pour tentative d’homicide aggravée. Le condamné a fait appel et doit être jugé à la fin de l’année par une cour d’assises d’appel à Tours.

Brahim Mokadem qui sortait de prison au moment des faits, invoque un malaise pour expliquer la sortie de route au volant de sa Twingo. La voiture avait heurté un véhicule du peloton motorisé de La Chaussée-Saint-Victor. Deux militaires avaient été blessés, un troisième avait été frôlé par la Twingo. Le mis en cause n’avait pas le permis et sa voiture n’était pas assurée.

Son nouvel avocat, Me Bendjador, juge « abusive » la durée de détention provisoire alors que la date du procès en appel n’est toujours pas fixée. Il précise que son client « s’investit en détention » en tant qu’auxiliaire de sport et travaille à sa réinsertion. L’avocat tourangeau ajoute que c’est le droit de son client de refuser de s’expliquer sur son passé. Il estime qu’un placement sous surveillance électronique est possible.

Sur le fond, Me Bendjador estime que le rapport d’expertise de la voiture accidentée n’est pas clair, c’est pourquoi il compte plaider l’innocence du trentenaire.

En rappelant les 13 mentions figurant au casier de l’accusé, Luc Belan, avocat général, n’a pas la même appréciation. « L’audience étant prévue avant la fin 2020 et eu égard aux 15 ans de réclusion prononcés par les jurés d’assises, le délai est raisonnable. » Le ministère, en requérant le maintien en prison, souhaite éviter toute récidive et écarter un risque de fuite vers l’Algérie, pays d’origine de Brahim Mokadem qui présente « un profil psychotique inquiétant. » La cour a suivi les réquisitions.

Encore un exemple d’islamophobie systémique.