Home / Guerre raciale / Lot-et-Garonne : Driss, 73 ans, comparaît pour avoir défiguré Jean-Marc au fusil de chasse

Lot-et-Garonne : Driss, 73 ans, comparaît pour avoir défiguré Jean-Marc au fusil de chasse

Leutnant
Démocratie Participative
03 février 2020

Le FLN est toujours actif en France.

La Dépêche :

En détention provisoire depuis trois ans, Driss Boutamjine, 73 ans, peut ne pas être jugé par la cour d’assises de Lot-et-Garonne à compter de ce lundi. Dans l’après-midi aujourd’hui, il peut être décidé de renvoyer ce procès à une date ultérieure. La raison ? Ce lundi est la journée nationale d’action des avocats, à l’appel du Conseil national des barreaux. Les professionnels du droit protestent contre l’application pour le métier d’avocat de la réforme des retraites. Si le renvoi est décidé par les magistrats de la cour d’assises, seuls à pouvoir en décider, le septuagénaire doit ainsi regagner sa cellule de la maison d’arrêt d’Agen en attendant une autre date.

Défendu par Mes Martial et Grolleau, Driss Boutamjine a été mis en examen pour tentative de meurtre. Le 10 juin 2016, à Nérac, il s’est emparé d’un fusil de chasse, a tiré à une ou deux reprises vers le fils d’un voisin, le touchant au visage. Vingt interventions chirurgicales ont été nécessaires pour tenter de rendre un visage à la victime. En janvier 2019, son état de santé n’était selon les experts pas « consolidé. »

Sans aucun passé judiciaire, Driss Boutamjine affirme ne pas avoir voulu tuer son vis-à-vis. Ce jour-là, Jean-Marc et son père avaient fait la route des Bouches du Rhône jusqu’à Nérac pour assister à des obsèques. La famille ne vivait pas dans le département, la maison de Torrebien était une résidence secondaire. L’auteur des tirs et la famille s’opposaient depuis des années. La querelle de voisinage passée a viré au drame.

Nik li fronce