Home / Les dernières actualités / Portland : les insurgés négro-communistes détruisent une statue centenaire de George Washington

Portland : les insurgés négro-communistes détruisent une statue centenaire de George Washington

Captain Harlock
Démocratie Participative
19 Juin 2020

 

L’insurrection négro-communiste se poursuit aux Etats-Unis.

« Des émeutiers antifas sur Sandy Boulevard à Portland ont drapé un drapeau américain sur une statue de George Washington et y ont mis le feu. Ils ont ensuite renversé la statue. « Colon génocidaire » et « Nique les flics » sont pulvérisés sur le monument. Les émeutiers ont commencé à construire une autre zone autonome à proximité. »

« La statue presque centenaire de George Washington, dans le nord-est de Portland, a été démolie. Il n’y a pas de police dans le secteur. »

George Washington n’est pas n’importe qui, c’est le fondateur de la république américaine. Nous sommes bien au delà des destructions de monuments sudistes. Ce à quoi nous assistons n’est rien d’autre qu’une révolution culturelle néo-marxiste et antiblanche qui vise à détruire les fondations mêmes des Etats-Unis avec le soutien des oligarques juifs de Wall Street, des multinationales, de la presse et d’une part importante de l’appareil gouvernemental.

Toute tentative de patriotes locaux de résister à ce genre de vandalisme révolutionnaire se traduirait par des arrestations immédiates sur ordre des procureurs du secteur, tous acquis à la subversion.

On ne peut pas s’empêcher d’y voir le résultat de l’alliance impie entre l’Amérique et le bolchevisme juif durant la deuxième guerre mondiale. Alors que l’Allemagne tentait de résister au déferlement sur l’Europe des bêtes mongoles commandées par les commissaires politiques juifs, l’aviation terroriste américaine détruisait des villes entières pour semer la terreur de masse. A peine 75 ans plus tard – soit une vie d’homme seulement – l’Amérique est consumée par le marxisme génocidaire.

C’est ce qui se passe quand vous fricotez avec les juifs.

Nouer un pacte avec le Diable suppose toujours une contrepartie.

Commentez l’article sur EELB