Home / Décryptage / Sondage maxi LOL : 50% des « Français » dont 62% des femmes sont opposés au blasphème contre l’islam

Sondage maxi LOL : 50% des « Français » dont 62% des femmes sont opposés au blasphème contre l’islam

Captain Harlock
Démocratie Participative
05 Février 2020

En dépit des nombreuses bougies offertes par les Boomers au dieu du Vivre Ensemble après la tuerie de Charlie Hebdo, les Blanches et les Français issus de la diversité sont de plus en plus convaincus du bien fondé de l’exécution des infidèles

Et bien, le moins que l’on puisse dire, c’est que nous sommes devenus musulmans en moins de temps que prévu.

Contrairement à une idée répandue, on ne devient pas musulman parce que l’on adhère soudainement au message du Prophète. On devient musulman quand le nombre de bougnoules dans son pays devient si important qu’on est assassiné si on rechigne à admettre les miracles du Coran.

Nous y sommes, grosso modo.

La France en fait la plus belle démonstration.

Une étude d’opinion commandée par Charlie Hebdo auprès de l’IFOP au sujet de l’Affaire Mila nous donne un magnifique aperçu de la France d’après. Je vous préviens, ce n’est ni la France de Saint Louis ni la France de Voltaire, ni même la France du Père Combes.

C’est la France de Mohamed, le dealer de shit reconverti dans le salafisme.

Tout d’abord, les menaces d’assassinat de l’imam du FLN algérien Abdallah Zekri.

Si vous ne les avez pas entendus, vous pouvez combler cette lacune :

Ce sont donc 30% des « Français » qui sont d’accord avec cette déclaration, i.e. la mise à mort d’une infidèle qui manque de « respect » à l’islam.

Ces 30% de crypto-djihadistes sont bien évidemment tous des immigrés extra-européens, maghrébins, turc et nègres.

Ensuite, vient la seconde question à propos des déclarations de Belloubet qui avec 44% de « Oui » remportent non seulement l’approbation des métèques mais aussi des habituelles serpillères à crouilles du centre, de gauche et de l’extrême-gauche.

Tout particulièrement de l’extrême-gauche.

[je suis dans l’incapacité de distinguer le marxisme de l’islam]

L’étude propose une analyse très détaillée des réactions à cette déclaration de Belloubet et le constat est sans appel.

La Génération Z totalement bougnoulisée

Chez les 18-24 ans, 6 individus sur 10 répondent que toute insulte à l’islam est une « atteinte » à la oumma, la communauté des croyants.

Ce qui signifie en creux que la déférence face à la Secte du Bédouin est la règle d’or.

Si on enlève les jeunes Blancs totalement bougnoulisés mentalement, cela correspond assez bien à la composition raciale de la nouvelle génération, la Génération Z. Sur cette génération, il ne reste donc que 40% de Blancs à admettre une forme de refus de la domination islamo-marron.

Vous pouvez déjà mesurer que les « solutions démocratiques » ne seront pas à l’ordre du jour au 21ème siècle.

Notez d’ailleurs que 49% des électeurs de Macron – les bourgeois et leurs domestiques afro-maghrébins donc – se retrouvent dans les propos de Belloubet tandis que 68% des mahométans ont répondu qu’ils pensaient que Belloubet était en fait convertie à l’islam.

L’islam, religion raciale

Un des arguments des derniers piliers de l’athéisme des loges sauce Grand Orient consiste à distinguer la religion des individus.

Cette approche platonicienne n’a aucune chance de fonctionner avec des algériens dotés d’un QI moyen de 75 points pour ne rien dire de leurs graves problèmes psychiatriques.

Les bougnoules n’opèrent mentalement aucune distinction entre leur race et leur religion. Et, ici, ce qui importe, c’est ce que pensent les intéressés de ce qui leur sert de religion – ne pas manger de porc, en gros – et non pas ce que des vieux bourgeois blancs ou les intellectuels juifs en pensent.

42% des gens en France (dont au moins les deux tiers sont des métèques) adhèrent non seulement à la terreur antiraciste – interdiction formelle de manquer de déférence à l’égard d’une des sous-races qui prolifèrent en France – mais encore que l’islam et indissociable du taux de mélanine.

Quand on pose la question aux adorateurs du Bédouin, le chiffre monte à 85% (les 15% restants étant des pédés ou des kabyles).

Cette conception est similaire à celle qu’ont les juifs du judaïsme, religion raciale par construction.

Dans le détail, là aussi, 57% des 18-24 ans voient l’islam comme la religion raciale des masses à fort taux de mélanine.

Le clou du spectacle : 50% des Froncés favorables à l’interdiction du blasphème

Lol.

50% des « Français » interrogés – comprendre une énorme masse de métèques rejoints par des crasseux gauchistes au RSA, une majorité de Blanches et des betas maqués avec des beurettes, etc. – sont opposés au droit de blasphémer.

Pas en général.

En particulier.

De blasphémer contre la religion du Prophète.

Il ne s’agit pas ici, dans ce sondage, de parler d’un droit au blasphème de principe mais uniquement de savoir si l’on peut s’exprimer librement à propos de la religion des baiseurs de chèvres. La réponse est catégorique pour la moitié de la population vivant en France :

NON

GIGA LOL : les deux tiers des femmes opposés au droit au blasphème

Le vrai chiffre significatif ici, en plus des 18-24 ans et des musulmans, c’est le suivant : 62% des femmes sont opposés au droit au blasphème.

La disproportion entre les hommes et les femmes sur le sujet est massive.

62% des femmes ne se reconnaissent pas du tout en Mila, qui est pourtant une femme, lesbienne et progressiste.

Ce truc permet de recadrer les fantasmes que l’on retrouve trop souvent chez les White Knights sur le sujet.

Les femmes, très majoritairement, n’ont qu’une seule priorité : être en sécurité physiquement. Si un protecteur meurt, elle l’oublie du jour au lendemain, ayant épuisé son rôle biologique.

Le souvenir des types kalachés de Charlie Hebdo ne les empêchera certainement pas d’aller sur Tinder chercher du maghrébin haineux.

En France, en 2020, elles ont parfaitement compris de quel côté était le potentiel de violence masculine. Elles s’alignent donc sur le plus violent, à savoir les bougnoules, et refusent de défendre quelque « principe » que ce soit qui serait censé leur offrir des « libertés ».

Les femmes n’ont pas une imagination telle qu’elles puissent s’attacher à des principes moraux et encore moins à des « libertés ». Elles sont exclusivement régies par leurs besoins biologiques et émotionnels.

Uniquement les hommes peuvent lutter pour une idée qui les dépasse.

Cette idéalisation de ce qui passe dans la tête d’une femme ne peut être le fait que de gens qui n’en approchent jamais. Soit des betas ou des homosexuels.

La fonction d’une femme est de se soumettre

C’est ce qu’elles font et c’est parfaitement normal. Là où ça déconne, c’est qu’elles ne se soumettent pas aux mâles blancs parce que ces derniers sont devenus pour beaucoup des larves démocrates rampantes qui tremblent devant les crouilles et leur « religion ».

Sans parler du fait que ces mêmes mâles blancs laissent d’eux-mêmes les femmes faire ce qu’elles veulent, liberté qui pour elles n’est qu’un fardeau dont elles ont tôt fait de chercher à se débarasser inconsciemment en allant vers des mâles dominants, possessifs et violents.

Dès lors, elles vont directement à la source de ce qui terrorise les mâles betas : les sauvages adeptes de l’islam ou les nègres hirsutes de Guinée Bissau.

Ce ne sont pas quelques lesbiennes hystériques isolées qui feront mentir cette réalité de l’évolution.

Donc, avis aux naïfs qui auraient envie de servir de boucliers humains pour des traînées : elles vous laisseront crever avant d’aller se faire sauter par Ibrahim et ses frères, vos meurtriers.

Si vous vous amusez à parler du « droit des femmes » face à l’islamisme, c’est comme si vous essayiez de baiser une nana en devenant son meilleur ami : échec garanti.

Il faut au contraire que votre potentiel d’agressivité soit manifeste et votre appétit patriarcal sectaire au dernier degré. Pourquoi perdre sa dignité en plus de la lutte sexuelle en s’abaissant à flatter des traînées qui ne verront là, à juste titre, qu’une coupable marque de faiblesse ?

Une femme n’est que le butin qui revient au plus fort. Le plus fort n’a aucun effort à faire pour avoir sa part du butin sexuel.

Plus tôt vous vous déferez de ces stupidités juives sur les « droits des femmes » face à l’islam, mieux ça vaudra.

Vous commencerez à percer le secret du fonctionnement élémentaire d’une gonzesse et vous vous épargnerez bien des erreurs de jugement.

Comme par exemple de croire que les Blanches se reconnaissent dans Mila.

 

Les femmes accélèrent considérablement la capitalution face à l’invasion islamique car elles redoutent le combat, en toute logique.

Entre la résistance et la capitulation, l’écrasante majorité des femmes optera pour la capitulation.

Ni la démocratie, avec sa stupide loi du nombre, ni l’égalité des sexes, avec son aveuglement biologique, ne permettront de comprendre et encore moins de vaincre l’invasion du tiers-monde afro-musulman.

Autant dire que c’est tout le monde mensonger des Boomers qui s’effondre sous le poids de ses contradictions.

Cette grosse république judéo-maçonne s’accommode de sa nouvelle composante islamo-négroïde.

Les métèques rejoints par une majorité de femmes blanches déjà prêtes à se soumettre établissent à 50% le nombre d’opposants à tout blasphème vis-à-vis de l’islam.

Dans dix ans, ce sera 60 ou 65%.

D’ici là, Mila aura soit été assassinée par les salafistes de la République soit se sera enfuie à l’étranger. Entretemps, une loi contre la « haine en ligne » aura complété l’arsenal de la répression antiblanche dite « antiraciste ».

Face à cela, nous avons une alternative : notre propre religion raciale, la lutte pour la suprématie de la race blanche en Europe.