Home / Les dernières actualités / Grande-Bretagne : l’église anglicane annonce le démantèlement de toutes les statues non-conformes avec le culte de la race noire

Grande-Bretagne : l’église anglicane annonce le démantèlement de toutes les statues non-conformes avec le culte de la race noire

Captain Harlock
Démocratie Participative
26 Juin 2020

Le (((monothéisme négro-antifa))) impose de brûler les idoles blanches

Goy, il est temps de remplacer tes cathédrales racistes par des lieux de rencontres interculturels et inclusifs.

BBC :

L’Église d’Angleterre doit « très soigneusement » examiner les statues des principaux lieux de culte pour voir « si elles devraient toutes y être », a déclaré l’archevêque de Canterbury.

Le Très Révérend Justin Welby a déclaré que les monuments de la cathédrale de Canterbury et de l’abbaye de Westminster seraient inclus.

« Certains devront descendre, d’autres devront changer de nom », a-t-il déclaré à l’émission Today de la BBC Radio 4.

La révolution culturelle diversitaire voulue par le haut de la pyramide sociale occidentale avec la contribution d’idiots utiles devait fatalement se terminer par des accès d’iconoclasme, y compris dans les cathédrales.

Westminster va donc être purgé.

Je suppose que ces statues d’hommes blancs seront remplacées par des oeuvres plus à l’image de la nouvelle population londonienne.

Quelque chose dans ce goût-là :

Ce mouvement religieux général va probablement gagner en popularité dans les grandes métropoles occidentales multiraciales et faire des émules.

A Rome, la Chapelle Sixtine finira sûrement comme ça :

Nous n’avons pas eu à faire face à ce phénomène en France pour la raison très simple que Macron  et les juifs ont carrément incendié Notre-Dame de Paris.

Je ne sais pas ce qui est préférable : un incendie ou bien un plug anal géant dans la nef ?

Enfin, vous avez compris le concept. Partout où les gens marron deviennent majoritaires, les monuments représentant des hommes blancs hétérosexuels doivent être renversés et remplacés.

Les actes des personnes commémorées pourraient être pardonnés « seulement s’il y a une justice », a-t-il dit.

Le pardon ne peut être accordé que « si nous changeons notre comportement actuel et que nous disons que c’était à l’époque, que nous en tirons des leçons et que nous changeons la façon dont nous serons à l’avenir », a-t-il déclaré.

Dans tout le Royaume-Uni, les statues seront examinées pour détecter des liens avec la traite des esclaves en réponse aux protestations de Black Lives Matter qui ont suivi la mort en garde à vue de l’Afro-Américain George Floyd.

L’archevêque Welby a déclaré que ce n’était pas à lui de décider si les statues de la cathédrale de Canterbury devaient être enlevées.

« Nous allons les examiner très attentivement, les replacer dans leur contexte et voir si elles devraient toutes y être », a-t-il déclaré.

A la question de savoir si la société ne met pas trop l’accent sur la repentance plutôt que sur le pardon, il a répondu : « Oui, je pense que oui… la repentance et la justice doivent aller ensemble ».

« Nous avons vu dans certaines des autres crises auxquelles nous avons été confrontés ces derniers mois, pas seulement Covid, mais aussi Black Lives Matter et le ralentissement économique, qu’il y a une grande injustice et que nous devons nous détourner collectivement de cela, ce qui est le sens de la repentance, mais nous devons aussi apprendre à pardonner ».

« Apprendre à pardonner » pour un mouvement d’état qui a pour slogan « Ni oubli, ni pardon » semble hors de portée.

En réalité, la prêtraille homosexuelle anglicane y voit une opportunité politique à ne pas rater, comme tout le reste des élites occidentales inféodées aux juifs. L’église anglicane d’Angleterre ordonne déjà évêques les hommes qui pratiquent le sexe anal avec d’autres hommes. Expurger les cathédrales de Grande-Bretagne de toute trace d’hétérosexualité – et de normalité – n’a rien de détonnant dans un tel contexte.

En tout cas, toutes ces églises qui s’affrontaient depuis des siècles se sont finalement toutes réunies autour d’un dogme commun : la destruction des Blancs.

Commentez l’article sur EELB