Home / Les dernières actualités / Les satellites pourraient être transformés en armes par des cyber-pirates

Les satellites pourraient être transformés en armes par des cyber-pirates

Captain Harlock
Démocratie Participative
13 Février 2020

Rejoignez l’armée de l’ombre Cyber NS

L’option Mad Max est particulièrement excitante.

Live Science :

Le mois dernier, SpaceX est devenu l’opérateur de la plus grande constellation de satellites actifs au monde. Fin janvier, l’entreprise comptait 242 satellites en orbite autour de la planète et prévoit d’en lancer 42 000 au cours de la prochaine décennie. Cela fait partie de son ambitieux projet de fournir un accès à l’internet dans le monde entier. La course à la mise en orbite des satellites est en cours, avec Amazon, OneWeb, basée au Royaume-Uni, et d’autres entreprises qui s’empressent de mettre des milliers de satellites en orbite dans les mois à venir.

Ces nouveaux satellites ont le potentiel de révolutionner de nombreux aspects de la vie quotidienne, qu’il s’agisse d’offrir un accès internet dans des régions reculées du globe, de surveiller l’environnement ou d’améliorer les systèmes de navigation mondiaux. Au milieu de toute cette fanfare, un danger critique est passé sous le radar : l’absence de normes et de réglementations en matière de cybersécurité pour les satellites commerciaux, aux États-Unis et dans le monde. En tant qu’universitaire qui étudie les cyberconflits, je suis tout à fait conscient que cette situation, associée à la complexité des chaînes d’approvisionnement des satellites et aux différentes couches d’intervenants, les rend très vulnérables aux cyberattaques.

Si des pirates informatiques prenaient le contrôle de ces satellites, les conséquences pourraient être désastreuses. À l’échelle de la planète, les pirates pourraient tout simplement fermer les satellites et leur refuser l’accès à leurs services. Les pirates pourraient également brouiller ou usurper les signaux des satellites, créant ainsi des ravages pour les infrastructures critiques. Il s’agit notamment des réseaux électriques, des réseaux d’eau et des systèmes de transport.

Je fais partie de ceux qui pensent qu’un tel cataclysme technologique auraient des conséquences vertueuses.

Je suis loin d’être le seul.

Certains de ces nouveaux satellites sont dotés de propulseurs qui leur permettent d’accélérer, de ralentir et de changer de direction dans l’espace. Si des pirates informatiques prenaient le contrôle de ces satellites orientables, les conséquences pourraient être catastrophiques. Les pirates pourraient modifier l’orbite des satellites et les faire s’écraser sur d’autres satellites ou même sur la Station spatiale internationale.

Les fabricants de ces satellites, en particulier les petits CubeSats, utilisent une technologie standard pour maintenir les coûts à un niveau bas. La grande disponibilité de ces composants signifie que les pirates peuvent les analyser pour en déterminer les vulnérabilités. En outre, de nombreux composants s’appuient sur des technologies open-source. Le danger ici est que les pirates puissent insérer des portes dérobées et d’autres vulnérabilités dans les logiciels des satellites.

Cette armée de pirates de l’espace ne demande qu’à voir le jour.

La nature hautement technique de ces satellites signifie également que plusieurs fabricants sont impliqués dans la construction des différents composants. Le processus d’envoi de ces satellites dans l’espace est également compliqué et implique de nombreuses entreprises. Même une fois dans l’espace, les organisations propriétaires des satellites confient souvent leur gestion quotidienne à d’autres entreprises. Avec chaque fournisseur supplémentaire, les vulnérabilités augmentent car les pirates ont de multiples possibilités d’infiltrer le système.

Pirater certains de ces CubeSats peut être aussi simple que d’attendre que l’un d’entre eux passe au-dessus et d’envoyer ensuite des commandes malveillantes en utilisant des antennes terrestres spécialisées. Le piratage de satellites plus sophistiqués n’est peut-être pas si difficile non plus.

Les satellites sont généralement contrôlés à partir de stations au sol. Ces stations font fonctionner des ordinateurs dont les logiciels présentent des vulnérabilités qui peuvent être exploitées par des pirates informatiques. Si des pirates s’infiltraient dans ces ordinateurs, ils pourraient envoyer des commandes malveillantes aux satellites.

Ce scénario s’est réalisé en 1998 lorsque des pirates informatiques ont pris le contrôle du satellite américain-allemand ROSAT X-Ray. Ils l’ont fait en piratant les ordinateurs du Goddard Space Flight Center dans le Maryland. Les pirates ont alors ordonné au satellite de pointer ses panneaux solaires directement vers le soleil. Cela a fait griller ses batteries et a rendu le satellite inutilisable. Le défunt satellite s’est finalement écrasé sur Terre en 2011. Les pirates pouvaient également demander une rançon pour les satellites, comme cela s’est produit en 1999 lorsque les pirates ont pris le contrôle des satellites britanniques SkyNet.

Au fil des ans, la menace de cyber-attaques sur les satellites est devenue plus grave. En 2008, des pirates, peut-être originaires de Chine, auraient pris le contrôle total de deux satellites de la NASA, l’un pendant environ deux minutes et l’autre pendant environ neuf minutes. En 2018, un autre groupe de pirates soutenus par l’État chinois aurait lancé une campagne de piratage sophistiquée visant les opérateurs de satellites et les entreprises de défense. Des groupes de pirates informatiques iraniens ont également tenté des attaques similaires.

Si le véritable Sky Net de demain tombait entre des mains bienveillantes, les conséquences pourraient dépasser l’imagination.

Le 4ème CyberReich enverrait des nuées de drones et de robots tueurs procéder à l’épuration de régions envahies.

Ou encore affamerait les zones ethniquement occupées en rompant toute la chaîne d’approvisionnement garantie par les grandes surfaces.

Sans parler de l’armement bio-génétique.

Nous avons besoin de cerveaux aryens qui s’impliquent dès le plus jeune âge dans le codage.

Au 21ème siècle, les cyber et bio technologies seront la prothèse décisive de la race blanche dans sa lutte pour l’écrasement de ses ennemis raciaux.