Home / Guerre raciale / Explosion du nombre de meurtres en France : les flics disent n’avoir « aucune explication scientifique »

Explosion du nombre de meurtres en France : les flics disent n’avoir « aucune explication scientifique »

Captain Harlock
Démocratie Participative
06 Février 2020

Pratiquement un millier de meurtres en France mais vraiment, au ministère de l’Intérieur, « on manque d’explications scientifiques ».

20 Minutes :

Alors qu’il était stable depuis deux ans, le nombre d’homicides​ a bondi de plus de 8 % en 2019. L’année dernière, 970 personnes ont été tuées dans l’Hexagone, soit 76 de plus qu’en 2018. Cette hausse est d’autant plus inquiétante qu’elle survient, indique le SSMSI (Service statistique ministériel de la sécurité intérieure) dans une note publiée en janvier, après deux années de stabilité. Et après une diminution du nombre de meurtres de 60 % entre 1994 et 2014.

En outre, la France n’a pas été particulièrement touchée par le terrorisme en 2019, puisque seules quatre victimes sont à déplorer lors de l’ attaque de la Préfecture de police. L’année écoulée a malgré tout été plus meurtrière que 2015 (872 morts dont 131 lors des attentats de janvier et novembre) et que 2016 (892 victimes dont 86 à Nice lors du 14-Juillet).

« Si l’on ajoute aux homicides les tentatives de meurtre, on obtient le nombre le plus élevé depuis 1972, date de mise en place de l’outil statistique policier », explique à 20 Minutes Christophe Soullez, directeur de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales. « Mais, dit-il, on manque encore un peu de recul pour voir si on est dans un mouvement de fond ou si cette hausse est conjoncturelle. »

Comment expliquer cette augmentation soudaine ? « Il est toujours très difficile de donner des explications, d’autant que malheureusement, aujourd’hui, on a assez peu d’éléments pour permettre de formuler des hypothèses sérieuses », poursuit Christophe Soullez, soulignant que la France « est l’un des rares pays démocratiques au monde à ne pas savoir combien il y a eu d’homicides ou de tentatives d’homicides par armes à feu ». Les statistiques policières ne donnent effectivement aucune information sur les victimes, les modes opératoires, les lieux où sont commis les faits. Rien qui permettrait de « savoir à quels phénomènes nous sommes confrontés ».

Du côté de la place Beauvau, on reconnaît que le nombre de meurtres « augmente un peu », mais on manque « d’explication scientifique » pour l’expliquer. Dans l’entourage de Christophe Castaner, on estime néanmoins que les « règlements de compte » sur fond de trafics de stupéfiants ont eu tendance à augmenter ces derniers temps en raison de la guerre que mène la police contre la drogue. « On a démantelé de nombreux réseaux, on a fait un vrai travail dessus, comme à Besançon à la Planoise. Du coup, il y a parfois des guerres de clans pour récupérer des territoires et y fixer des points de vente de stupéfiants, comme l’a expliqué le secrétaire d’Etat Laurent Nunez lors de son déplacement dans le Doubs. »

« C’est totalement faux », s’insurge un cadre de la police judiciaire. Avant d’ajouter : « Il est vrai qu’il y a des règlements de compte dans des petites villes où il n’y en avait pas jusqu’alors. Mais à Marseille, où il y en avait le plus, leur nombre est au plus bas depuis dix ans. Et au niveau national, ils ont même tendance même à baisser un peu. » Ce commissaire explique la hausse des homicides et des tentatives par la montée de « la violence du quotidien ». Des affrontements entre bande de jeunes qui finissent dans le sang. Comme le 21 janvier dernier, où un adolescent de 16 ans a été tué, poignardé lors d’une rixe par un jeune du même âge, à Chartres. Ou comme ce 29 janvier, lorsqu’un jeune garçon de 14 ans a été tué dans le quartier de la Grange-aux-Belles, à Paris.

Ce que le secrétaire général du syndicat Synergie officiers, Patrice Ribeiro, appelle « l’ensauvagement de la société ». Il y a ces jeunes délinquants de cité que les policiers voient adopter avec le temps les méthodes utilisées par le grand banditisme. Qui n’hésitent plus à « séquestrer des gens et à les torturer dans des caves pour des dettes de shit de quelques centaines d’euros ». Mais il observe aussi une montée « de la radicalité des rapports sociaux », un phénomène qui ne concerne pas que les malfrats.

« De plus en plus de choses qui, auparavant se réglaient de manière civilisée, donnent désormais lieu à des coups. C’est une tendance. Parfois, pour une altercation entre automobilistes, des gens se font lyncher ou se prennent des coups de couteau », remarque le syndicaliste, qui dénonce « un sentiment d’impunité conséquent à une absence de réponse pénale ferme et adaptée ». Une violence qui se traduit également, dans les statistiques enregistrées par les policiers et les gendarmes, par une hausse de 8 % des coups et blessures volontaires en 2019.

Vraiment, on ne comprend pas.

C’est très mystérieux.

La France importe le tiers-monde et s’aligne donc progressivement sur les normes criminelles du tiers-monde, tout particulièrement d’Afrique et du Moyen-Orient.

Cette république judéo-maçonne, infectée de marxisme à tous les niveaux, ne peut plus guère que noyer le poisson en bottant en touche ou en envoyant des traînées à la radio parler de « misère sociale ».

La France n’est pas touchée par la « misère sociale » mais par la misère raciale, les races de boue important avec elles leur violence et leur anarchisme indissociables de leur ADN.

Après, au vu de ce que recrute la police française, on ne peut pas s’attendre à des rapports factuels et objectifs sur l’origine raciale de la violence urbaine en France.