Home / Guerre raciale / Naples : une infirmière Tik Tok se fait violer avec sauvagerie en pleine rue par un réfugié sénégalais

Naples : une infirmière Tik Tok se fait violer avec sauvagerie en pleine rue par un réfugié sénégalais

Leutnant
Démocratie Participative
08 mai 2020

Les noirs ne sont pas reconnaissants.

The Daily Mail :

Selon les médias italiens, un migrant clandestine aurait violé une infirmière spécialisée dans le traitement des coronavirus au cours d’une terrifiante épreuve de 45 minutes, alors qu’elle attendait le bus pour rentrer chez elle après avoir terminé son service de traitement des patients atteints de Covid-19.

Le migrant sénégalais a été arrêté dimanche pour avoir violé la femme de 48 ans après qu’elle eut quitté son travail dans un hôpital de Naples vers 15 heures. L’incident s’est produit à l’arrêt de bus Corso Arnaldo Lucci Metropark, juste derrière la gare centrale de Naples. La police est arrivée au bout de 45 minutes environ.

Pendant le viol dans la rue déserte, l’infirmière a vu une autre femme passer de l’autre côté de la rue et l’a appelée, mais elle n’a pas entendu. Il n’arrêtait pas de répéter « laissez-moi faire ce que je veux ou je vous tue. Ne bougez pas et ne criez pas », a dit l’infirmière à La Repubblica.

« Il faisait deux fois ma taille et tout son poids était sur mon dos. Il s’est mis en colère parce que mon jean était trop serré et qu’il ne pouvait pas l’enlever ».

L’infirmière travaille dans le service de psychiatrie de l’hôpital de Naples où elle s’occupe des patients qui se remettent d’un traumatisme dû à un coronavirus. Elle dit que l’incident a duré 45 minutes alors qu’elle attendait son bus pour rentrer à Avellino, après avoir pris le métro.

Elle était arrivée tôt au Metropark et a dû attendre une heure en raison de la réduction des services de transport due à la crise du coronavirus. Elle dit qu’il n’y avait personne dans les environs.

Elle a raconté comment le violeur a sauté par-dessus une clôture et s’est approché d’elle en lui saisissant le bras. Pensant qu’on la volait, l’infirmière a essayé de lui donner son sac à main avant qu’il ne lui dise que ce n’était pas ce qu’il voulait.

Elle déclare qu’il l’a jetée par terre et a mis sa main sur sa bouche alors qu’elle attendait désespérément que quelqu’un vienne l’aider, ajoutant qu’il y a plusieurs caméras dans le parking.

Il mettait ses mains partout et se mettait en colère parce que je me défendais.

« Ils utilisent des drones pour trouver les personnes qui vont à la plage malgré l’urgence de Covid. Pourquoi ne les utilisent-ils pas pour prévenir ces attaques et d’autres », a déclaré l’infirmière.

Elle lui a dit de ne pas lui faire de mal parce qu’elle était enceinte, qu’elle ne pouvait pas respirer et qu’elle avait besoin d’eau, puis elle lui a dit que si quelqu’un venait, il serait arrêté.

Mais il a continué à essayer de lui arracher son jean. La victime déclare qu’elle est blessée au dos et que son cou est couvert de bleus. À un moment donné, il a mis ses bras autour de son cou pour l’étouffer.

Le bus est alors arrivé et quand le chauffeur a vu ce qui se passait, il est sorti et s’est mis à crier. L’armée est également arrivée et a encerclé l’homme alors que la victime s’abritait dans le bus.

La police – qui a regardé les images de la caméra de surveillance – a emmené la femme à l’hôpital et en a informé son mari. L’infirmière dit qu’elle n’est pas encore retournée au travail.

Elle ajoute que son mari se sent coupable et impuissant de ne pas avoir pu la protéger et que le traumatisme a submergé toute la famille.

Elle dit qu’elle ne sait pas si la douleur physique ou mentale était pire et qu’elle va maintenant se battre pour continuer sa vie et aider d’autres personnes qui ont subi un traumatisme.

Moins de vidéo Tik Tok en prévision.

Commentez l’article sur EELB